La méditation

La méditation

29 avril 2017 • Méditation • Vues: 117

Partager avec celles et ceux que vous aimez

Pourquoi la méditation ?

 

La méditation : un enjeu contemporain et personnel

la-meditation La méditation

De nos jours, le retour à soi ou la méditation est devenu un chemin extrêmement fastidieux. Nous sommes harcelés par les distractions en tous genres. Il n’y a pas une ville qui soit épargnée par ce phénomène de sollicitation constante de l’attention. Écrans en tout genre (des téléphones aux panneaux publicitaires), les images, la foule… Notre attention est dispersée et les premiers desservis sont ceux mêmes qui jouissent d’une belle capacité cognitive. La méditation est ce par quoi vous allez réhabilitez cette capacité !
Car il ne suffit pas de posséder de bonnes choses afin que la bonté demeure en elles. Cette dernière doit s’entretenir. Une faculté telle que celle de l’attention est fragile, et le manque de concentration croissant que nous observons chez les plus jeunes témoigne belle et bien d’une capacité cognitive en berne, dont l’entretien et un environnement sain conditionnent sa réussite.

 

Méditation et attention : le retour à soi

La méditation comme retour à soi apparaît de plus en plus comme étant la voie ultime de cet entretien. Il s’agit de la compréhension de soi-même. Savoir s’écouter et prêter attention requièrent une disponibilité à soi-même qui n’est pas inscrite dans nos habitudes. Et transformer cette exercice en habitude n’est pas sans difficulté.
La thématique de la méditation va vous donner cette possibilité d’améliorer votre attention, et pourquoi prêter attention davantage à vous-mêmes, ce qui vous permettra en retour une meilleure attention à tout ce qui vous entoure. Avez-vous déjà entendu parler du mindfulness ? C’est la capacité d’être pleinement attentif à soi et son environnement. Et ceci en toute quiétude. Cette capacité ne s’obtient qu’à travers un long entraînement méditatif. Le but de cet article est d’introduire les premiers éléments permettant d’atteindre cet objectif. Avant toute chose je ferai un bref rappel de l’origine de cette pratique qui s’immisce, et pour notre plus grand bonheur, en occident.

Brève histoire de la méditation

la-meditation-8 La méditation

Nous situons le début de la méditation généralement dans l’hindouisme, le bouddhisme et également dans le christianisme (et ce, dans cet ordre temporel). Les premières sources écrites qui nous parvenues proviennent de l’ère védique, en 1500 avant Jésus Christ approximativement. Nul doute n’existe quant au fait que la méditation est plus ancienne que cela, et qu’elle revêt une pluralité de formes, propres à chaque pensée qui la sous-tend. Pour plus d’information à ce sujet voici un lien vous présentant une fresque très didactique

  • http://www.chopra.com/articles/history-meditation#sm.0001yn6u2f16q4e0eqat7ztaw4ceo

Si vous souhaitez une histoire plus profonde (qui ne s’arrête pas aux étapes) vous proposant une histoire rapide, balayant des origines orientales à la diffusion occidentale :

  • https://positivepsychologyprogram.com/history-of-meditation/#meditation-east

Disposition

la-meditation-5 La méditation

Déjouer les routines de l’esprit : condition première de la méditation
Afin de vous mettre dans de bonnes dispositions pour méditer, il vous faudra tout d’abord vous écouter. Simplement vous écouter et non vous juger en surplomb des analyses sur vos ressentis. Il nous arrive souvent de ne pas être très charitable vis-à-vis de nous-mêmes. Si nous sommes anxieux, nous entendons fuir cette émotion désagréable, par exemple en prenant n’importe quelle distraction environnante. Faute de distraction de penser à autre chose, ou encore de vous demander « mais pourquoi suis-je dans cet état duquel je veux fuir ? ».

Vivez vos émotions

  • Le premier enseignement de la méditation vise justement à conjurer ces tours d’esprit. Au lieu de s’évader de ressentis désagréables, et ce par n’importe quel moyen, ou encore d’être dur vis-à-vis de soi-même en jugeant par dessus pareil ressenti que ce n’est pas la bonne chose à ressentir : le premier enseignement du mindfulness vous demandera au contraire d’être pleinement réceptif à ce ressenti, qu’il soit souffrance ou bien joie.

Oubliez le pourquoi

  • L’autre piège à désamorcer, typique de notre esprit, est la recherche de la cause d’un sentiment de malaise, (plus rarement de bien-être). En d’autres termes votre esprit va se lancer dans une enquête pour déterminer les conditions du sentiment de malaise actuel. C’est là le second piège à éviter. Tout d’abord remonter à une condition ou cause de votre malaise ne vous aidera pas nécessairement. Car la cause du malaise et le malaise, bien que se suivant dans la continuité, ne se confondent pas pour autant. Et d’autre part cela ne vous donne pas la disponibilité que vous devriez avoir quant à votre ressenti.

Éludez les jugements

  • Installez-vous, assis ou debout, l’important n’est pas là pour le moment. Ressentez simplement votre état intérieur, trouvez si possible un mot-étiquette pour l’identifier. Une fois cette opération faite : ne vous dites pas que cela est bien ou mal. Ressentez tout simplement cette émotion, particulière qu’est la vôtre. Elle est désagréable ? Ce n’est pas un problème ! Il s’agit de vous-même. Traitez-vous comme un ami bienveillant, et n’oubliez pas que ce que vous ressentez vous appartient, et qu’il s’agit de signaux afin d’adopter un comportement particulier. Considérez votre corps et vos émotions, qu’importe la tonalité affective, comme vous appartenant et ne vous voulant aucun mal. Il s’agit d’introduire de la bienveillance et de la compassion vis-à-vis de vous-même, et non plus de juger ce que vous ressentez. Amplifiez votre ressenti, quel qu’il soit, et dites-vous calmement comme une prière que c’est Okay.

Positions de méditation

la-meditation-6 La méditation

Illustrations de trois positions pour méditer

Les stations du corps

Une fois que vous vous êtes mis dans cette disposition : la séance de méditation peut pleinement commencer. Différentes positions sont proposés pour accomplir l’exercice.

  • La position lotus par exemple est la plus préconisée. Si vous manquez de souplesse elle peut être difficile, voire douloureuse dans son exercice. À cela dites-vous que l’habitude fera cesser cette douleur.

la-meditation La méditation

  •  Vous pouvez sinon adoptez la position du demi-lotus, plus confortable.

la-meditation-2 La méditation

  •  Pour les débutants : vous mettre en tailleur suffit. Il est recommandé, néanmoins, que vos genoux poussent le sol (et ce pour garantir une position la plus droite possible). On parle également de position birmane :

la-meditation-3 La méditation

Conseil personnel

J’ai commencé à pratiquer l’assise droite en tailleur, mais j’ai préconisé par la suite la position lotus. Cette technique m’a permis de mieux respirer, et ce en dépit de mes genoux qui pouvaient rougir ! Cette position est préconisée du fait qu’elle permet de dynamiser votre colonne vertébrale. Elle évite un tassage des épaules sur le reste de votre corps. Elle permet ce qu’on appelle l’assise droite ou Zazen (pratique sur laquelle je reviendrai plus longuement, en parlant des différentes postures).
À force d’exercice vous ne ressentirez plus cette gêne, et mieux encore : vous aurez développer votre souplesse !

Que faire des mains et des yeux ?
La position des mains également est importante dans l’assise droite, mais j’y reviendrai plus tard au cours d’un autre article (vous avez, plus haut, un exemple tout de même !).
De même il est recommandé dans certaines pratiques de la méditation de :

  • garder les yeux mi-ouverts, concentrés sur la pointe du nez. Vous combinez ainsi vie intérieure et vie extérieure.

 

  • garder les yeux clos, mais concentrés sur le bout de votre nez également. Dans ce cas vous ferez davantage face au tumulte intérieur de vos pensées.

 

  • les yeux grands ouverts, fixes. Dans ce cas vous ferez présence avec le monde qui vous entoure, mais celui intérieur risque d’être en retrait.

 

Pour récapituler lorsque l’on débute

Vous pourrez adapter ceci en fonction de ce qui vous permet de réaliser plus facilement votre méditation, des objectifs qui sont les vôtres. Souvenez-vous :

  • qu’il n’y a pas une technique pour bien faire qui soit universelle : il dépend entièrement de vous d’adopter la méthode qui vous convient, et ce en fonction des objectifs que vous vous fixez.

 

  • En revanche l’universalité est ici : il s’agit de trouver le bon axe qui vous est propre, permettant d’augmenter votre concentration.

 

  • Pour le débutant : le plus important n’est pas de savoir comment bien faire, mais de commencer à faire.

 

  • Ne cherchez pas la voie de la perfection alors que vous débutez. D’autant que vous allez devoir adapter les exercices ensuite à vos envies.

 

  • Installez-vous, écoutez vos ressentis dites-vous encore que c’est okay. La séance de méditation va pouvoir commencer.

Dans le prochain billet je vous proposerai les techniques par lesquelles j’ai commencé à rentrer dans une vie centrée de plus en plus sur la thématique de l’éveil.:)

Tags: , , , , ,

Qu'en pensez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up